Anecdotes

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Anecdotes

Message par Triskell le Jeu 29 Avr - 19:16

ah mais c 'est vraiment son fils ou pas
parce que sur d'autres forum des gens disaient que non

Triskell
Curieux
Curieux


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anecdotes

Message par Swen Popof le Jeu 29 Avr - 19:36

Le gamin s'apelle Mika Musiol.
Dero s'apelle (mais ne le repete pas) Stephan Musiol.

Si tu lis les remerciements des 4-5 derniers CDs : La famille Doeppner, Bachmann et Musiol sont remercies; dont un certain Mika


Dernière édition par Swen Popof le Jeu 29 Avr - 19:38, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anecdotes

Message par Triskell le Jeu 29 Avr - 19:37

ahh ^^ mais je croyais qu on avait pas le droit de l'écrire

Swen :
Taratata ! Ces noms ne doivent pas sortir de ce topic ^_-

Triskell
Curieux
Curieux


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anecdotes

Message par Matt' le Ven 30 Avr - 0:16

Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Écrire-Le-Nom.

Matt'
V.I.P
V.I.P


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anecdotes

Message par Triskell le Ven 30 Avr - 0:17

lol ouais sa devient limite çà
mais dero il aurait pu jouer voldemort ^^

Triskell
Curieux
Curieux


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anecdotes

Message par Swen Popof le Lun 26 Juil - 18:38

Anecdotes, car, a mes yeux, ca reste des petites anecdotes sympa :

- J'ai decouvert qui existait quelques livres anglophones sur Oomph! : Le premier, c'est un bouquin resumant les chansons de Oomph!, l'autre, c'est plutot une compilation de choses et autres qui se trouve sur wikipedia liées a Oomph! (ils assument, "wikipedia" ^^)
- Mon pote Junnosuke (le Swen Popof nippon, gourou du fansite japonais) me raconte qu'il commence peu-a-peu a faire decouvrir la musique de Oomph! a son entourage japonais. Cool ^^

- Premier bouquin : "Oomph! Songs: Augen Auf!, Die Schlinge, Labyrinth, Trumst Du?, Das Letzte Streichholz, Beim Ersten Mal Tut's Immer Weh, Brennende Liebe" (c'est son titre ^^) / 62 pages / 20mai2010 / 16 €
- Deuxieme bouquin : Oomph! / 104 pages / 2010 / 39 €

Bah voila. C'est 2-3 choses que je voulais raconter. Et comme je savais pas où les mettre, j'ai balance ca dans la rubrique "anecdotes". Pardon a tous ceux/celles qui criront car "c'est pas dans le bon topic" ^^

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anecdotes

Message par Jexterre le Lun 26 Juil - 20:11

C'est pas dans le bon topic !

Jexterre
V.I.P
V.I.P


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anecdotes

Message par Deadly le Lun 26 Juil - 22:40

Swen Popof a écrit:Pour ceux et celles qui se demandaient a quoi correspondent les samples cinematographiques de certaines chansons :

I.N.R.I. Vs. JAHWE
"Das Böse ist Ansichtssache. Gott tötet ganz willkürlich. Das sollten wir auch tun."
Interview With The Vampire (German dubbed version)

A ce propos, je suis le seul à penser que c'est Till qui dit cette phrase ?

Deadly
V.I.P
V.I.P


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anecdotes

Message par Not The Messiah le Mar 27 Juil - 11:54

Et qu'est-ce qu'il foutrait là, Till ?!?

_________________

Not The Messiah
Modérateur


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anecdotes

Message par Deadly le Mar 27 Juil - 12:25

Aucune idée. Seulement la voix est vraiment très proche.

Deadly
V.I.P
V.I.P


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anecdotes

Message par Not The Messiah le Mar 27 Juil - 12:32

Sachant que les deux groupes ne sont pas des plus proches bien que pas non plus ennemis, ça m'étonnerai franchement...

_________________

Not The Messiah
Modérateur


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anecdotes

Message par Deadly le Mar 27 Juil - 12:51

A l'époque ils l'étaient bien plus ^^

En plus comme il s'agit de ma chanson préférée de Oomph! et que je l'écoute trèèèès souvent, ça me fascine à chaque fois x)

Deadly
V.I.P
V.I.P


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anecdotes

Message par Matt' le Mar 27 Juil - 17:18

C'est un sample de Interview with the Vampire. A moins que Till ai participé aux doublages allemands du film, ça ne peut pas être lui.

Matt'
V.I.P
V.I.P


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anecdotes

Message par Swen Popof le Mar 27 Juil - 19:37

Voila ^^

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anecdotes

Message par Deadly le Mar 27 Juil - 22:59

Ah d'accord ! Ben qui sait, dans la version allemande peut être x)

Deadly
V.I.P
V.I.P


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anecdotes

Message par Not The Messiah le Mar 27 Juil - 23:05

Non mais non deadly. Cherches pas, ce n'est pas Till x)

_________________

Not The Messiah
Modérateur


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anecdotes

Message par Deadly le Mar 27 Juil - 23:12

Apparemment oui, mais ça fait du bien de rêver ^^

Putain mais cette chanson c'est le must Oomphien *.*

Deadly
V.I.P
V.I.P


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anecdotes

Message par Swen Popof le Dim 23 Jan - 23:02

Je sais plus qui disait, a une epoque (ca doit faire 9 mois, peut etre), que "Beim ersten Mal tut's immer weh" aurait pu s'appeler "Warum willst du mich nicht mehr".

Enfin, bref... En farfouillant, j'ai retrouvé la setlist que Amazon proposait, quelques semaines avant la sortie de l'album... Probablement la setlist que GunRecords/SONY distribuait un peu partout :

01 - Unter deiner Haut
02 - Labyrinth
03 - Wer schön sein will muss leiden
04 - Revolution
05 - Beim ersten Mal tut's immer weh
06 - Ich will dich nie mehr sehen
07 - Auf Kurs
08 - Du lügst
09 - Geboren zu sterben
10 - In deinen Hüften
11 - Brich aus
12 - Bis zum Schluss
13 - Lass mich raus

Unter deiner Haut + Ich will dich nie mehr sehen + Du lügst, qui sont des b-sides, avaient eu leurs chances d'etre sur l'album... 6 Fuss Tiefer + Die Leiter + Wach Auf, ont failli ne pas etre sur l'album.

Etrangement, je prefere beaucoup plus cette setlist. Deja car les (merveilleuses) Unter deiner Haut + Ich will dich nie mehr sehen + Du lügst y etaient, mais, car perso, je trouve qu'il y a un meilleur melange "chansons brutes" et "chansons douces".

J'm'amuserai a tester cette setlist, pour de vrai ^^

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anecdotes

Message par Invité le Ven 4 Fév - 21:05

C'est pas mon anecdote à moi, mais c'est une fille qui l'avait posté sur Rammstein World

En tant que fan depuis 4 ans, je suis arrivée sur place à 15h. Et me direz-vous, c'est tôt. Et bien pas tant que cela. En effet, après avoir attendu quelques minutes, je distingue au travers de la vitre de l'entrée un homme coiffé d'un bonnet, lunettes de soleil sur le nez, le visage encadré de deux pattes noires, un piercing au menton. J'ai du mal à réaliser que c'est bel et bien Dero. M’apercevant, il me fait un petit signe et un sourire. Je n’en reviens pas. Puis, c’est Flux qui arrive à son tour. Sachant que qui ne tente rien n’a rien, je frappe doucement à la vitre, pour essayer d’attirer leur attention. Et quelle n’est pas ma joie quand je les vois sortir et venir me parler (rappelons que j’étais toute seule) ! Flux me demande comment je m’appelle dans un français presque parfait, et Dero, avec sa voix inimitable (grave et rauque, à vous retourner l’estomac), me sort un « Bonjour » qui me mets sur les rotules…Avec un naturel et une gentillesse incroyables, ils entament la discussion, en anglais. Dero me demande pourquoi je suis venue si tôt, ce à quoi je réponds que leur musique est tellement importante pour moi que je ne pouvais faire autrement, que j’avais espéré les voir pour les remercier de ce qu’ils font pour moi sans le savoir. Et il en a l’air sincèrement touché (et je ne pense pas que c’était du pipeau). Surprenant, la simplicité et la chaleur qu’ils dégagent. Je leur demande si c‘est possible de prendre une photo, ce qu’ils acceptent sans difficulté. Dero me prend avec Flux, puis Flux me prend avec Dero (premier frisson de la soirée quand il m’a serrée contre lui). N’ayant pas de stylo pour dédicacer mon billet, Flux rentre pour en chercher un, pendant que Dero me pose des questions sur ma vie…Armés d’un joli crayon estampillé Oomph!, les deux membres me signent mon billet, à mon prénom s’il vous plait. Flux m’offre un autocollant, un badge et le stylo. J’ai du mal à me dire qu’ils sont en face de moi. Je les remercie d’être là, et ils me répondent que c’est eux qui me remercient de leur témoigner tant d’affection. Ils me font chacun une bise, et retournent à l’intérieur. Encore sous le coup de l’émotion, je m’assois sur les marches et essaie de réaliser ce qui vient de se passer….

Quelques minutes plus tard, arrivent les musiciens de la première partie. Je leur dis que ça doit être génial d’ouvrir pour Oomph ! et apparemment cela ne leur fait grand-chose puisqu’ils ne connaissent pas trop le groupe. Mais l’un des membres de l’équipe technique de l’Olympic, me voyant piétiner d’impatience, me fait entrer dans la salle pour assister aux balances de Oomph !. J’arrive pour les instrumentales de Die Schlingue, Träumst du et Sex hat Keine Macht. Flux sur scène se déchaîne, me reconnaît et me sourit. Je ne sais plus où me mettre, tellement je suis impressionnée. Mais ma timidité ne m’empêche pas d’aller saluer le bassiste et le batteur, qui sont eux aussi d’une gentillesse incroyable. Nous avons passé près d’une heure à parler, ils m’ont raconté leur parcours, la façon dont ils voient les tournées, les fans, et m’ont fait comprendre que si les membres du groupe sont si gentils, c’est qu’ils savent ce qu’ils doivent au public, et que ce sont des gens ordinaires. Au final, j’en ai beaucoup appris, tant sur le milieu que sur le groupe et sur moi-même. Il est à présent 18h30. Le groupe et l’équipe doivent sortir pour aller manger. Je reste jusqu’à la fin, et je sors après que Dero m’ait fait un clin d’œil et un sourire.

A 20h, les portes s’ouvrent. A peine mon billet (signé) en main, je me précipite dans la salle, et je me colle à la scène. L’Olympic est une petite salle, et il n’y a pas de barrière entre la scène et le public. Le public arrive petit à petit. Le groupe de la première partie, Lysanxia, arrive sur scène, et reçoit un accueil assez mitigé, leur trash-metal agressif doublé d’une voix criarde ne faisant pas trop d’émules, à part dans le premier rang où quelques adeptes headbanguent et pogottent. Après une vingtaine de minutes de riffs et de blasts à s’en réduire le cerveau en bouillie, Lysanxia laisse la place libre. Le public se masse vers la scène, les techniciens démontent leur matériel, et plus rien…

A 20h45, quelques lumières se rallument. Deux hommes arrivent sur scène, vêtus de soutanes noires. Flux se place à gauche, et Crap à droite. Suivent Leo, le batteur, qui s‘installe derrière ses fûts, et Hagen le bassiste, placé à la gauche de Crap. Ne manque plus que Dero…Il s’avance enfin dans la lumière, en blanc des pieds à la tête, les bras enserrés dans le dos par une camisole de force. Un « bonsoir Nantes » rugissant est salué par l’acclamation délirante d’un public déjà déchaîné.
Dès les premières notes de Träumst du, le ton est donné. Les compos du groupe sont servies par un son irréprochable où chaque instrument a sa place. Impressionnants de maîtrise, Flux manie sa guitare composée de morceaux de miroir, et Crap s’acharne sur la sienne, qui est elle illuminée de néons bleu turquoise, magnifique. Dero sort les bras de sa camisole et entame « Du weißt genauso gut wie ich dass ich nicht schlafen kann ». Dans la salle c‘est le début de 2h de rêve. Le chanteur se déchaîne, saute sur place en tournant sur lui-même, se ballade sur scène, approche le public, Crap et Flux s’acharnent sur leurs guitare, prennent la pose, renvoient les refrains, tandis que le batteur et le bassiste restent d’avantage dans l’ombre, mais assurent leur rôle à la perfection. Le premier morceau est salué par une salve d’applaudissements. Présentations d’usage, vérification de l’enthousiasme de la salle (qui était au rendez-vous croyez-moi), et chaque question du chanteur obtenait sa réponse d’une seule et unique voix.
Repartant dans la musique, c’est Unsere Rettung qui nous est offerte, et son refrain lancinant « AVA SATANI ET STUPRO ET CHRISTI », martelé par un Dero très en forme. Suit Keine Luft mehr, où Dero, pas avard de communication, va au bord de la scène, rameute les premiers rang, et slamme comme un champion. Etant au premier rang, j’ai eu la chance de vérifier l’intégralité de son anatomie de la tête aux pieds…
Revenu à bon port, c’est Du willst ist doch auch qu’ils nous envoient. Délire complet, communion entre le groupe et le public, entièrement acquis à la cause du combo allemand.
Puis, moment intense, Fieber. Bien que sans la voix de Nina Hagen, la chanson reste une merveille. Dero s’accroupit devant moi, chante d’une voix sensuelle, se touche le visage, se lèche les doigts…Décidant que si il voulait jouer, autant commencer tout de suite, j’avance la main, et je lui caresse les joues,(et pour ceux qui ne le savent pas, ses pattes ne piquent pas, au contraire…) il ne se recule pas, et prend ma main avec la sienne qu’il venait juste de lécher…Chaud, très chaud…
Après la montée hormonale, j’arrive néanmoins à rester très attentive à Wenn du Weinst, et pour achever le tout, c’est Die Schlingue qui suit. L’un de mes morceaux préférés…quelle émotion !!! L’intro à l’harmonica n’est pas jouée live, mais l’intensité n’y perd rien. Sur le refrain , Dero s’approche de la scène, et chante «Spiel mir das Lied vom Tod» les yeux dans les yeux. Autant le dire, j’avais les larmes aux yeux, c’était magnifique, fort, et intense, comme je l’ai déjà dit…
Ayant choisi la set list avec soin, ils sortent ensuite Sex hat keine Macht, où je dois dire que si le sexe n’a aucun pouvoir, la musique du groupe en a sur moi.
Pour Mitten im Herz, le public doit se charger de faire les chœurs, et Dero s’acharne à clamer « Gott ist tot ». Si Dieu est mort, l’enthousiasme de la salle ne faiblit pas d’un pouce, surtout quand le chanteur du groupe de metal indus allemand entonne « Non, rien de rien, non je ne regrette rien ». Et personne ce soir-là ne regrettait quoi que ce soit.
Das letzte Streicholz poursuit GlaubeLiebeTod, avec l’énorme refrain « Damit ihr wisst wie es ist in der Hölle zu sein/damit ihr wisst wie es ist nach Erlösung zu schreien/Nur deshalb komm ich zurück mit flammendem Blick/ich nehm das letzte Streicholz und verbrenne eure schöne heile Welt ».
Sans laisser le moindre répit, Dein Feuer est lancée comme un boulet de canon.
Mais la chanson suivante ne sera pas plus douce, car les anges ont allumé la lumière blanche…Das Weisse Licht prend en live une autre dimension. Dimension qui me donne envie ainsi qu‘à une amie de se lancer pour un slam. Elle monte la première et saute. La suivant sur scène de près, je fais de grands gestes pour rapprocher le public quand je sens derrière moi une main qui m’ébouriffe les cheveux. Je me retourne. Et j’ai du mal à réaliser ce qui m’arrive. Dero s’était approché de moi, et m’a prise dans ses bras. Je regardais le public, mais sans vraiment le voir, je savourais l’étreinte de l’un des hommes que j’aime le plus au monde. Ca a duré environ 45 secondes, qui m’ont paru des siècles. Il m’embrasse sur la joue, et je lui rends son baiser, il est en sueur, il m’en colle partout. Le 7e ciel était là, j’entrais au paradis. Puis, j’ai slammé. En redescendant, je sautais comme une folle, et je suis retournée au premier rang dans un état d’euphorie jamais atteint jusque-là. A la fin, Dero murmure au public « Je t’aime… » d’une voix sépulcrale (ce à quoi je réponds « moi aussi»), suivit d’un « Voulez-vous coucher avec moi ce soir » LA chose à ne pas dire, car certaines (et notez bien que je n’ai pas dit moi), auraient été tentées de le prendre au mot.
Survivant tant bien que mal à un raz-de-marée émotionnel, je survole Mein Schatz, en transe, et sur le solo de guitare, c’est l’extase. A la fin de la chanson, Herr Dero se prend pour Gollum, et murmurant des Mein Schatz à répétition d’une vois gutturale. Une bête de scène.
Suivent Gekreuzigt, puis Niemand, où Dero slame de nouveau, et où j’ai de nouveau l’opportunité de lui prouver mon soutien entier et total, dans tous les sens du terme. Euhm, passons…
Lorsque, revenu sur scène, il souffle « ouvres tes yeux », plus question de douter que Augen auf restera dans les annales, avec son famissime « Eckstein, eckstein /alles muss versteckt sein », son décompte de folie et l’explosion finale « Augen auf ich komme ». Je headbangue m’en démonter les cervicales, sautant comme une désespérée, en en prenant plein les yeux, plein les oreilles, plein le cœur. Sur la fin, Dero entraîne le public dans une reprise a capella, en demandant toujours plus de bruit. Ce qu’il aura. Après un dernier « Zeig dich nicht », il lance « merci beaucoup Nantes, au revoir »…Les musiciens et le chanteur quittent la scène, et s’en vont sans se retourner. Mais cette sortie à la sauvette ne trompe personne, et le public scande avec force que son appétit de metal indus reste insatisfait.
Et, grands seigneurs, Oomph ! réapparaît. Dero s’empare du micro et annonce d’un air joueur : « Do you want one more ? (vociférations positives du public). Do you want two more ? (de nouveau, approbation déchainée). Do you want even three more ? (pas besoin de décrire la réaction de la salle). Well, we must be crazy, but we will do it for you !!!! ». Je hurle un « Danke shön » qui m’arrache les cordes vocales. « And now, ladies and gentlemen, open your heart, mind and souls, for the real motherfucking superstar… ». Instant de flottement. Mon dieu donne-moi la force. Dieu est tout. Gott ist ein Popstar est grandiloquent, délicieux, théâtral, magique, divin. La fin est proche. Mais ils réattaquent traîtreusement avec un Brennende Liebe qui ne laisse rien passer. La fin se rapproche encore…Quelle sera l’apocalypse qui clôturera ce show d’une impressionnante perfection… « Now, tell me, hurle Dero, are we men or are you monkeys ? –Monkeys ! –Are we humans or are we animals ? –Animals ! –Well that’s interesting » termine Dero. La chanson finale sera un Menschsein qui n’épargne rien ni personne. « Sex, Angst, Blut, Gold, Ruhm, Macht, Gier/Willst du ein Menschsein/Und kein Tier/Hol dir Gott in dein Revier/Dann wird das Menschsein zum Schafott/Tiere brauchen keinen Gott/Keinen Gott ». La dernière note est un déchirement.
Dero remercie chaleureusement, l’air ému et remué. Le concert est fini. Le rêve s’achève. Le bassiste et le batteur rejoignent Crap, Flux et Dero au centre de la scène. Ils saluent 3 fois, l’émotion est palpable. Pour faire durer encore un peu, les baguettes de Leo sont données au public, puis Flux tend son médiator au premier rang. J’ai dû briser des phalanges et griffer pas mal de mains, mais je l’ai obtenu, avec un sourire en prime. Dero faisait tourner le micro au bout du pied pour entendre le public crier. Dans un sursaut d’euphorie, je saute et je l’attrape (le micro, pas Dero), tout en évitant d’extrême justesse d‘assommer ceux qui m‘entourent. Il s’est mis à rire, m’a regardé avec des yeux tout tristes pour le récupérer . Très bien, il va l’avoir, mais contre un dernier bisou. Il se penche vers moi avec une tête de psychopathe (comme sur la jaquette de Glaube LiebeTod),et au lieu de me faire une bise, me lèche généreusement la joue gauche. Énième montée d’hormones et extase à portée de main. Ça y est, c’est fini, bel et bien terminé. L’une des filles avec qui j’ai passé la soirée a hérité de l’une des baguettes, et une autre de la serviette de Flux. Brandissant mon médiator comme un trophée, et interdisant qui que ce soit de toucher ma joue gauche, je passe au stand pour acheter le t-shirt et l’affiche de la tournée. Au bar, le serveur me reconnaît comme la fille qui est montée sur scène avec Herr Dero, et me dit que c’était vraiment beau à voir…
Lorsque les videurs demandent aux derniers aficionados de se diriger vers le bar, le stand ou la sortie. je sors, mais décide de rester jusqu’à la sortie du groupe. J’avais encore du mal à revenir sur Terre, je planais trop, et certains m’ont dit que j’avais eu une chance incroyable d’être montée sur scène avec Dero….j’acquiesçais sans trop réaliser ce qui se passait. Vers 00h00, il restait encore une vingtaine de fans devant l’Olympic. Lorsque le groupe est sorti, ils n’ont fait aucune difficultés à recommencer une troisième session autographes. J’ai pu tous les remercier de cette soirée, la plus merveilleuse de toute ma vie. Dero m’a signé mon affiche sur le cœur, finissant sa dédicace par un petit cœur. Que demander de plus…. ? Bien que visiblement fatigués, ils ont gardé le sourire jusqu’au bout. En se dirigeant vers leur tour bus, Flux m’a reconnue, et m’a lancé « au revoir C-lynn, à bientôt ».

A bientôt, donc, jamais je ne vous remercierais assez de ce que vous m’avez fait vivre, de ce que vous m’avez offert. Nous nous reverrons, un jour ou l’autre, et vous me ferez revivre ce rêve éveillé.

Dero. Flux. Crap. Leo. Hagen. Merci.


  • Y EN N'A QUI ONT DE LA CHANCE ! O.o

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Anecdotes

Message par Oompheuse le Ven 4 Fév - 21:24

Je sais plus qui avait déjà parlé de cette review, la meuf a vraiment un sacré cul

Oompheuse
V.I.P
V.I.P


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anecdotes

Message par Swen Popof le Ven 4 Fév - 21:35

Assez connue, la C-lynn !
Enfin, perso, a force de frequenter des forum/site (sur oomph! ou pas) depuis presque 5 ans, elle a marque l'esprit de certaines personnes, et pas qu'en bien ^^

Longue histoire ^^
Pour les curieux, demandez-moi via MP ^^

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anecdotes

Message par Deadly le Ven 4 Fév - 23:01

Tellement connue que j'ignore qui c'est.

Deadly
V.I.P
V.I.P


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anecdotes

Message par Swen Popof le Ven 4 Fév - 23:24

Arf ! Il faut etre un fan depuis l'epoque de oomphfrance et de zero-endorphine pour comprendre ^^

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anecdotes

Message par Deadly le Ven 4 Fév - 23:36

Je proteste vivement contre cette discrimination !

Deadly
V.I.P
V.I.P


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anecdotes

Message par Oompheuse le Ven 4 Fév - 23:38

Faut t'y faire, t'es qu'un jeunot dans le clan des fans de Oomph! Smile

Oompheuse
V.I.P
V.I.P


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Anecdotes

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 22:51


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum